jeudi 1 décembre 2016

Les possibilités infinies de l'aquarelle...

Après avoir terminé le tome 12 de Lady S, j'ai repris mes crayons et ressorti mes aquarelles pour avancer sur l'album que Pierre Christin et ma pomme sommes en train de vous concocter pour... pour... euh...  pour, disons, bientôt (le temps passe tellement vite).
Et là, dans cette phrase apparemment anodine, je viens pourtant de prononcer un mot magique : AQUARELLE.

Alors que j'avance sur les pages de cet album, je suis sans cesse étonné par la richesse des possibilités que peut offrir cette technique. Sur le deuxième chapitre de ce livre, c'est le noir et blanc qui dominera, avec quelques touches de couleur ici et là. Mais quand je dis noir et blanc, ça inclus bien sûr toutes les nuances de gris que l'on peut obtenir avec un simple tube d'aquarelle noire. Il suffit pour ça d'ajouter de l'eau et de diluer un peu, beaucoup, passionnément, à la folie... Plus le pigment sera dilué, et plus il laissera voir le blanc du papier, chargé lui de restituer la lumière. Le choix du papier est essentiel, et chacun trouvera celui qui lui convient le mieux. Moi, c'est du...
Ah, ah, ah, vous ne croyez tout de même pas que je vais révéler tous mes trucs, non ?

Bon, c'est bien joli de parler, mais comme le disait Napoléon, un bon dessin vaut mieux qu'un long discours. Donc voici un "avant-après" qui présente deux pages de l'album. A gauche la version au crayon, qui n'est finalement qu'un support assez basique. Et à droite le résultat final. 



vendredi 16 septembre 2016

LADY S tome 12 : RAPPORT DE FORCES

La sortie du nouvel album de Lady S se rapproche. En voici la couverture. La date de sortie officielle est le 4 novembre 2016.




Et si votre curiosité n'est pas rassasiée, le site des éditions Dupuis vous propose d'en découvrir quelques pages en avant-première ici :

http://www.dupuis.com/lady-s/bd/lady-s-tome-12-rapport-de-forces/65534

samedi 18 juin 2016

TRAVELLING CIRCULAIRE

Bande dessinée et cinéma sont assez proches sur le plan du langage technique. D'ailleurs, un dessinateur de bande dessinée est moins un illustrateur qu'un metteur en scène sur papier. Hermann, par exemple, préfère dire "cinéma dessiné" plutôt que "bande dessinée". Et il est vrai que depuis longtemps la BD s'est affranchie du principe de bande ou de strip pour utiliser toute la page comme un espace qui permet de disposer les images en fonction des effets voulus.
Pour rester dans l'idée que l'oeil du dessinateur s'apparente au viseur d'une caméra, il est possible de faire du Lelouch en donnant l'impression qu'on tourne autour des personnages. C'est ce que je me suis amusé à faire sur la planche 25 du tome 12 de Lady S, dont voici un aperçu.



Si on considère que c'est une caméra qui filme cette scène, vous pouvez voir que celle-ci fait un tour complet entre la première et la dernière case.
Case 1, on attaque par une vue plongeante dans l'alignement d'une avenue d'Albuquerque. Puis la caméra descend pour se rapprocher d'un 4X4 qui nous intéresse plus précisément. Elle commence à tourner pour prendre la gauche du véhicule de 3/4 arrière. Le plan suivant nous entraîne par un effet de zoom à l'intérieur du 4X4, où l'on aperçoit deux personnages, de profil cette fois. Case 4, la voiture s'est arrêtée, en vue de 3/4 face, toujours sur la gauche. La caméra se rapproche et nous présente ensuite tous les occupants, de face. Toujours de face, on serre sur le garçon en très gros plan, puis on s'éloigne légèrement tout en contournant le 4X4. L'avant-dernière case montre alors le profil droit du véhicule, véhicule qui s'éloigne ensuite, quasiment de dos. Entre la case 1 et cette case 9, la caméra a bien fait un tour complet, se rapprochant ou s'éloignant des personnages, mais sans rupture. Evidemment, ce genre d'exercice de style peut paraître totalement gratuit. En réalité, ici ça ne l'est pas du tout. Lorsque vous lirez l'album, vous constaterez que cette séquence est une page pivot de l'album.




jeudi 12 mai 2016

PROFONDEUR DE CHAMP

Un dessinateur est un tricheur qui utilise un espace en deux dimensions pour créer l'illusion d'un espace en trois dimensions. Et pour ça, quoi de plus efficace que ce qu'on appelle dans notre métier un avant-plan, c'est-à-dire un élément de la scène qui semble se trouver très près de nous, alors que l'élément important de l'image semble se trouver plus loin. Plus l'écart de proportion entre ces deux éléments sera important et plus l'effet de profondeur sera grand.
Voici quelques cases crayonnées du tome 12 de LADY S où j'ai utilisé ce procédé. Ca peut parfois être totalement gratuit et devenir un exercice de style amusant, comme dans cette case où le personnage du premier plan regarde à travers une paire de jumelles.













Toutes ces cases sont copyright Aymond-Dupuis 2016.

mercredi 4 mai 2016

Histoires et légendes normandes

Les dynamiques éditions Varou, qui publient la série "Histoires et Légendes Normandes", sortent cet été un album spécialement consacré au pays d'Evreux. J'en ai dessiné la couverture que voici :


N'hésitez pas à aller faire un tour sur le site de l'éditeur :

jeudi 14 avril 2016

Lady S tome 12, storyboard et crayonnés.

Le tome 12 de Lady S avance à grands pas. En voici un petit extrait : les planches 36, 37 et 38 au crayon, accompagnées du storyboard.


jeudi 24 mars 2016

LADY S et HIGHLANDS en dédicace.

Le dimanche 24 avril se tiendra le Salon du Livre de Romilly-sur-Andelle. J'y serai présent avec crayons, gommes, feutres et Cie pour dédicacer mes albums.

Pour plus de précisions, c'est ici :